Actualités

Mots clés: dents

Un nouveau fascicule intitulé « À faire grincer des dents 2 : nouvel aperçu de la santé et de l’hygiène buccodentaires en Abitibi-Témiscamingue » vient d'être publié par la Direction de santé publique du CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue. Ce document informatif révèle, entre autres, que plus des deux tiers (70 %) de la population âgée de 15 ans et plus se brossent les dents au moins deux fois par jour, une proportion inchangée par rapport à la situation observée en 2008 et qui demeure inférieure à celle du Québec (75 %).

Les données analysées montrent que la population témiscabitibienne fait moins bonne figure que le reste du Québec en matière de santé et d’hygiène buccodentaires. C’est le cas en matière de brossage des dents ainsi que pour l’utilisation de la soie dentaire. On retrouve également davantage de personnes complètement édentées dans la région et la fréquentation du dentiste demeure moins répandue.

Des inégalités qui perdurent

Le fascicule met également en évidence l’existence de disparités importantes entre différents groupes de la population. De fait, les femmes, les personnes les plus jeunes et celles ayant une scolarité ou un revenu élevés se distinguent avec de meilleures habitudes d’hygiène dentaire et ont une meilleure perception de leur santé dentaire globale.

Poursuivre la sensibilisation

Pour les dentistes-conseils du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, ce portrait vient confirmer l’importance de poursuivre les efforts de sensibilisation auprès de la population en général. Actuellement, la grande majorité des actions effectuées se concentrent auprès des jeunes de 0 à 12 ans afin de leur permettre d’acquérir de saines habitudes d’hygiène dentaire en bas âge et que celles-ci se poursuivent à l’âge adulte.

Par contre, il ne faut pas sous-estimer les conséquences d’une hygiène buccodentaire inadéquate. En plus de la carie, c’est le risque de souffrir de maladie des gencives qui augmente lorsque le brossage des dents deux fois par jour et la soie dentaire une fois par jour ne sont pas effectués.

Recommandations auprès de la population pour améliorer la santé dentaire

Pour favoriser une bonne santé dentaire, on recommande :
• De se brosser les dents au moins deux fois par jour avec un dentifrice au fluor et de ne pas se rincer la bouche après le brossage;
• D’utiliser la soie dentaire une fois par jour;
• De réduire la consommation de sucre dans les aliments et les boissons. L’eau demeure la meilleure boisson pour étancher la soif;
• De réserver les aliments sucrés pour le dessert;
• De prendre des collations saines pour les dents (fruits, légumes, fromage, noix);
• De visiter le dentiste régulièrement.

Pour en savoir plus sur la santé et l'hygiène buccodentaires, visitez notre section Santé dentaire.

Mots clés: CHSLD , Palmarolle

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue rappelle à la population de Palmarolle qu’une rencontre se déroulera le 22 novembre prochain, à 18 h, à l’église de la municipalité, au sujet du CHSLD de l’endroit.

Rappelons qu’à la suite des conclusions d’un rapport de la firme WSP Canada Inc. qui recommandait la fermeture du CHSLD de Palmarolle, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, entériné par le conseil d’administration, a choisi de relocaliser les résidents vers les CHSLD de La Sarre et de Macamic. Cette décision a été prise en vue de garantir en tout temps la sécurité des résidents et des employés et, réitérons-le, il s’agit de la priorité de l’organisation.

Ainsi, le 4 juin 2018, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue s’est engagé à effectuer une analyse des options potentielles pour le CHSLD de Palmarolle et d’en faire la présentation à la population du territoire à l’automne 2018.

Ces options se décrivent comme suit :

  1. Démolition et construction d’un nouveau CHSLD sur un terrain qui répond aux normes de construction de ce type de bâtiment;
  2. Statu quo. Les résidents demeurent aux CHSLD de Macamic et de La Sarre, mais les services courants de CLSC et de soutien à domicile continuent d’être offerts à Palmarolle. Il s’agit de la situation actuelle;
  3. Collaborer avec un partenaire pour développer une ressource intermédiaire à Palmarolle qui viendrait consolider les services pour les personnes âgées en perte d’autonomie en Abitibi-Ouest.

 

La rencontre du 22 novembre visera donc à présenter les avantages et les inconvénients de chacune de ces options, et ainsi, définir celle qui sera retenue en tenant compte des préoccupations qui seront évoquées par la population.

 

[Lire le communiqué]

Mots clés: chien , jeunesse , soutien

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue a annoncé lors d’une conférence de presse ce matin à La Sarre, qu’un chien de soutien émotionnel prénommé « Chevelle » a fait son arrivée dans l’équipe du programme Jeunesse le 11 septembre dernier.

L’idée d’intégrer un chien de soutien émotionnel dans cette équipe a pris forme alors que Caroline Rheault, intervenante, écoutait un reportage de l’émission Salut Bonjour dans le cadre de La journée qui a du chien. « J’ai alors entendu une intervenante expliquer que leur chien, Nana, accompagnait des enfants suivis par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de Longueuil lors de journées à la Cour pour aller témoigner, lors de rencontres difficiles, lors de placements, etc. J’ai instantanément eu comme réflexe de me dire que ça nous prenait une ressource comme celle-là en Abitibi-Témiscamingue », informe madame Rheault.

En effet, le chien est un animal reconnu pour être très apprécié des enfants et l’objectif principal visé par ce projet pilote est que les enfants de la MRC d’Abitibi-Ouest puissent bénéficier d’un accompagnement apaisant, réconfortant, sans jugement et sans prétention, empreint de compassion et d’affection. Jusqu’à maintenant, Chevelle a accompagné des enfants lors de rencontres difficiles et à la Cour. Les réactions des enfants ont toutes été positives et ils souhaitent la revoir.

L’obtention d’un tel chien est possible grâce à la Fondation Mira qui les éduque et les entraîne moyennant un investissement de 25 000 $ sur cinq ans. Plusieurs démarches ont été réalisées pour effectuer une levée de fond permettant de financer cette ressource. « La première entreprise approchée fut Les Aciers J.P. inc. de La Reine. Monsieur René Perreault, propriétaire, a immédiatement accepté de s’impliquer financièrement dans le projet à la hauteur de 5 000 $, et ce, pour les cinq prochaines années », poursuit madame Rheault.

Deux autres entreprises de La Sarre ont gracieusement accepté d’embarquer dans cette belle aventure, soit l’entreprise Dollars 5-10-15 et le salon de toilettage Le Carrefour Canin. La première offre la nourriture pour les cinq prochaines années et la seconde offre les soins d’hygiène, le soins des ongles et les shampoings sur une base régulière.

Mots clés: ambulatoires , Amos , soins

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue souhaite informer la population de la région, et particulièrement de la MRC d’Abitibi, du début des travaux visant la mise en place d’un centre de soins ambulatoires à l’Hôpital d’Amos.

Pour toute la durée du chantier, soit jusqu’au printemps 2019, une chute à déchets sera installée près de l’aire du garage des ambulances et des espaces de stationnement dédiés aux véhicules d’urgence. Le garage demeurera accessible en tout temps, mais l’accès à la porte située près de l’entrée de la salle d’urgence sera restreint au personnel autorisé seulement. Nous invitons donc les usagers, les visiteurs ainsi que le personnel non autorisé à utiliser en tout temps l’entrée principale de l’hôpital.

La première étape des travaux consiste à retirer l’amiante présent à l’intérieur du plafond du bâtiment dans le secteur qui accueillera le futur centre de soins ambulatoires, soit l’aile Ouest, au 5e étage de l’hôpital. Cette opération de désamiantage débutera au courant de la semaine et s’échelonnera sur une période approximative de cinq (5) semaines. Afin d’assurer la sécurité des travailleurs du chantier, des membres du personnel et des usagers de l’hôpital, des mesures de protection et de confinement approuvées par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) seront déployées.

En plus de l’accès restreint à la porte située près de la salle d’urgence, la réalisation de ces travaux entraînera d’autres inconvénients, notamment une augmentation du niveau de bruit à l’hôpital, entre 8 h et 19 h. Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue tient à remercier à l’avance la population, les employés, les médecins ainsi que les différents partenaires de leur compréhension.

Rappelons que la mise en place d’un centre de soins ambulatoires s’inscrit dans le projet de transformation clinique amorcé dans la MRC d’Abitibi. Le centre de soins ambulatoires regroupera un éventail de services qui sont actuellement offerts par la médecine de jour et les services de santé courants. En regroupant ainsi les soins ambulatoires, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue vise à offrir un accès plus facile, rapide et coordonné aux services de première ligne. Cette façon d’organiser les soins facilite le diagnostic et la prise en charge des usagers, sans qu’ils aient besoin d’être hospitalisés ou de se présenter à l’urgence.