Sécurisation culturelle

 

La sécurisation culturelle

La sécurisation culturelle est une approche de soins et de services développée initialement par une infirmière maorie de Nouvelle-Zélande face aux inégalités de santé que son peuple vivait. Différentes raisons soutiennent la pertinence de recourir à la sécurisation culturelle dans le système de santé et de service sociaux, dont rétablir et soutenir l’équité pour les Autochtones, reconnaître la présence des iniquités pour ces derniers et combler ces écarts par des pratiques pertinentes. Voici quelques projets en lien avec ces objectifs réalisés au cours de la dernière année.

 

Projets en cours

Clinique de santé autochtone de Val-d’Or

Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue est partenaire de Mino Pimatisi8in, une initiative qui est le résultat d’une vaste concertation avec le Centre d’amitié autochtone de Val-d'Or. Ce projet constitue une réponse novatrice pour renouveler l’offre de services de santé et services sociaux, en vue d’accroître l’accessibilité à ces services, pour bâtir le mieux-être et améliorer l’état de santé et les conditions de vie des Autochtones qui vivent en milieu urbain. Ainsi, la Clinique en santé autochtone contribue à atténuer les inégalités sociales et les écarts concernant les problèmes de santé et les problèmes sociaux des Premières Nations et des Inuits.

 

Sensibilisation aux réalités autochtones

Cette formation, disponible sur la plateforme ENA, a pour objectif d’accroître la sensibilité aux réalités autochtones. Plus spécifiquement, elle vise à déconstruire les mythes et les préjugés, à favoriser une communication interculturelle fructueuse et à outiller pour œuvrer adéquatement auprès des usagers autochtones. En date du 31 mars 2022, 30,2 % des employés de l’organisation ont complété la formation. Néanmoins, l’ensemble des employés de l’organisation devront compléter cette formation au cours de la prochaine année financière.

 

Piwaseha

La formation Piwaseha (Premières lueurs de l'aube), dispensée par l’équipe de la continue de l’UQAT, a permis de former près de 200 directeurs et gestionnaires dont une dizaine au cours de la dernière année. Cette formation d’une durée de 6 heures vise une meilleure compréhension du passé et des réalités d’aujourd’hui, afin de mieux intervenir et de démontrer des comportements d’ouverture et d’acceptation quant aux différences culturelles, est en processus de révision par l’UQAT et ses partenaires, dont le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue. Une rencontre entre les membres de l’équipe de la formation continue de l’UQAT, des représentants des Centres de santé des communautés autochtones et du sous-comité de direction a permis de planifier les travaux de révision de la formation.

 

Odeimen

En collaboration avec l’organisme culturel anishinabe Minwashin et Tourisme Abitibi-Témiscamingue par le biais de sa démarche Culturat, le projet « Odeimen », qui désigne le petit fruit qu’est la fraise en langue anishinabe, vise à intégrer les arts et la culture anishnabe dans huit établissements du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, soit dans les hôpitaux d’Amos, de Rouyn-Noranda, de Val-d’Or, à l’Hôpital en santé mentale et CLSC de Malartic, ainsi que dans le CLSC de Senneterre et les Centres multiservices de santé et de services sociaux de Témiscaming-Kipawa, Ville-Marie et La Sarre. Les artistes issus des Premières Nations choisis et les membres du personnel du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue échangeront sur le les concepts liés aux notions de santé lors du vernissage prévu en mai 2022.

 

Petapan

Le projet Petapan, qui est co-porté par le Centre intégré de santé et services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue et les partenaires du comité stratégique en itinérance, a reçu l’aval du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui octroie du financement pour permettre sa réalisation. Petapan, qui signifie lueur du jour en langue algonquine et crie, mise sur le déploiement d’une offre de services de proximité partagée au sein d’un motorisé qui sillonnera les rues de Val-d’Or à compter de l’été 2022. L’objectif du projet consiste à offrir des services adaptés aux personnes itinérantes en tenant compte des besoins nommés par celles-ci.

 

Navigateurs de services

Dans l’objectif de favoriser l’accès aux soins et services de santé et de services sociaux à la population autochtone du secteur de Senneterre, une nouvelle ressource Navigateur de services, dont le port d’attache est situé au Centre d’entraide et d’amitié autochtone de Senneterre, est maintenant présente au sein des établissements. Le mandat de la ressource consiste à soutenir et accompagner les personnes autochtones dans leur parcours de soins afin de favoriser la compréhension mutuelle des informations échangées entre le personnel de soin et l’usager. Un second poste de Navigateur de services sera développé en 2022 pour le secteur de Val-d’Or.

 

Vous avez des questions ou des commentaires à nous faire part ?

Pour toutes questions ou commentaires, veuillez contacter Mme Marie-Christine Turgeon au 819 279-0763 ou à l’adresse courriel suivante: marie-christine.turgeon@ssss.gouv.qc.ca