Actualités

Mots clés: COVID-19

Données épidémiologiques en date du 11 avril 2021, 16 h. *

Quatre nouveaux cas de coronavirus se sont ajoutés au bilan de l’Abitibi-Témiscamingue au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas sont localisés dans la Ville de Rouyn-Noranda.

Deux personnes sont présentement hospitalisées en lien avec la COVID-19. L’une d’entre elles se trouve à l’unité des soins intensifs.

La santé publique rappelle que chaque geste individuel compte pour freiner la transmission du coronavirus.

Commentaires :

  • Nous avons ajusté nos données à partir de la date du début officielle de la 2e vague au provincial qui est le 23 août 2020.
  • Dans le tableau des cas actifs, la mention n.d. (non disponible) est écrite car il y a moins de 6 cas actifs.
  • Les mises à jour ne seront pas effectuées les samedis et dimanches ainsi que les jours fériés. Veuillez vous référer au site du ministère à l’adresse suivante pour obtenir les données du jour : quebec.ca/coronavirus.
  • Pour consulter les données en lien avec les hospitalisations, veuillez vous référer au site du ministère à l'adresse suivante : cliquez ici.

________


 Vaccination COVID-19  
     
     
     
     
     

 

Confinement, limitation des contacts sociaux, interdictions de visites : la pandémie a chamboulé le quotidien des aînés, particulièrement vulnérables à la COVID-19. Ces contraintes ont pu affecter leur moral en plus de compliquer la pratique de l’activité physique et leur approvisionnement en denrées alimentaires fraîches, autant de clés pour le maintien de l’autonomie des aînés. Afin d’outiller les aînés et de mobiliser leur entourage, la Direction de santé publique (DSPu) du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue annonce la distribution du guide « Combattons les effets de la pandémie chez les aînés » dans tous les foyers de la région par l’entremise du publisac.

L’inactivité physique constitue le quatrième facteur de mortalité selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La diminution du niveau d’activité physique peut aussi avoir des effets rapides et néfastes sur la santé physique (diminution de la force musculaire, de l’équilibre, de la mobilité), mais aussi sur la santé mentale (dépression, anxiété) et les fonctions cognitives.

« Ces conséquences peuvent notamment accroître le risque de chutes et la fatigabilité, de même que diminuer les fonctions cardiaques et respiratoires. La participation sociale et l’autonomie des personnes aînées peuvent aussi être affectées », prévient Paul Saint-Amant, responsable du dossier des saines habitudes de vie à la DSPu du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, ajoutant que la saine alimentation est aussi un moyen de prévenir la perte d’autonomie.

 

Coalition d’acteurs soucieux du bien-être des aînés

Élaboré en partenariat avec des professionnels de la santé et des services sociaux, les organismes communautaires et les associations qui interviennent auprès des aînés, l’outil vise non seulement à prévenir les risques, mais aussi à outiller les aînés et leur entourage pour prendre leur santé en main dans le contexte actuel. Santé mentale, saine alimentation et activité physique y sont abordés. Le guide repose sur des trucs et conseils simples et facilement applicables dans le contexte de limitation des contacts sociaux.

Entraînement léger sur chaise, intégration de l’activité physique dans l’acquittement des tâches ménagères, idées de repas simples et nutritifs, recours aux technologies numériques pour le maintien de liens forts avec l’entourage : voilà autant de trucs qui peuvent facilement être intégrés à la routine et contribuer à diminuer le stress.

« Plier son linge debout à la table de cuisine, passer l’aspirateur, pelleter, marcher, monter des escaliers, danser dans son salon : toutes les minutes d’activité physique comptent, énumère Paul Saint-Amant. Il faut être créatifs et surtout avoir du plaisir à bouger tous les jours! C’est la même chose pour l’alimentation : se faire plaisir contribue aussi à garder le moral. »

Le guide «Combattons les effets de la pandémie chez les aînés» est disponible sur le site Web (cliquez ici pour y accéder)

 

[Communiqué de presse]

Mots clés: cigarette , tabac , tabagique

Le Défi J’arrête j’y gagne! est là pour une 22e année avec une formule positive et motivante pour accompagner les fumeurs québécois qui souhaitent écraser.
En s’inscrivant, les participants s’engagent à ne pas fumer pendant 6 semaines, du 8 février au 21 mars 2021, un premier objectif réaliste qui procure de nombreux avantages, dont celui d’augmenter ses chances de 6x d’écraser pour de bon!

En s’inscrivant, les participants bénéficient de ressources et d’outils gratuits avant, pendant et après le Défi, tels que des conseils pratiques et un dossier perso à defitabac.ca, une communauté Facebook inspirante et des courriels d’encouragement, ainsi qu’un lien vers la ligne 1 866 JARRETE.