Réorganisation de certains services du CISSS pour faire face à un enjeu de disponibilité de main-d’œuvre

Une réorganisation de certains services doit être effectuée pour faire face à un important enjeu de disponibilité de main-d'œuvre. À cet effet, rappelons que le gouvernement du Québec s’est engagé à abolir le recours à la main-d’œuvre issue des agences privées d’ici octobre 2026. Cette volonté ferme portée par l’ensemble des établissements du Réseau public en Santé et Services sociaux, s’inscrit dans l’ensemble des actions visant à rendre le Réseau de la santé et des services sociaux plus humain et plus efficace.

Des mesures sont instaurées pour réduire graduellement le recours aux ressources issues d’agences privées. Un récent appel d’offres prévoit des modalités qui balisent le recours aux ressources d’agences privées pour divers titres d’emplois, dont infirmières, infirmières auxiliaires, préposés aux bénéficiaires et auxiliaires aux services de santé et sociaux. Ces nouvelles dispositions sont appliquées depuis le 19 mai et ont pour impact de restreindre la disponibilité de ressources en main-d’œuvre indépendante pour le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue.

De ce fait, il est requis de revoir l’offre et l’organisation de certains services pour maintenir ceux qui sont prioritaires et essentiels, et ce sur l’ensemble du territoire. Ainsi, certains services seront accessibles dans un autre lieu ou selon une autre modalité, alors que d'autres seront diminués ou pourront être cessés temporairement.

En complément, il est à noter que :

  • Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue déploie tous les efforts pour assurer le maintien de services critiques et essentiels sur l’ensemble du territoire;
  • L’offre de services accessibles, sécuritaires et de qualité constitue une priorité pour l’organisation;
  • La reprise des services de façon régulière sera assurée dès que de nouvelles ressources seront confirmées;
  • Des communications régulières seront effectuées pour préciser les mesures de réorganisation.

 

Réorganisation des services du 24 juin au 3 septembre 2024

Mesure

Commentaire

CHSLD

  • Réduire le nombre d'infirmières et de préposés aux bénéficiaires en présence au sein des équipes;
  • D'autres titres d'emplois seront mis à contribution.

Mesures actualisées depuis le 19 mai.

Soutien à domicile

  • Réduire le nombre d’infirmières et d’auxiliaires aux services de santé et sociaux en veillant à répondre aux besoins prioritaires.

Mesure actualisée depuis le 19 mai, l’offre de services est modulée en fonction des ressources disponibles.

Clinique de la mémoire et hôpital de jour localisés à Rouyn-Noranda

  • Réduire les services à la clinique de la mémoire et à l'hôpital de jour.

Mesures actualisées depuis le 19 mai.

Santé mentale et dépendances

  • Diminuer le nombre d’infirmières qui offrent les services externes en santé mentale dans certains secteurs de la région.

Les services seront modulés selon les ressources disponibles durant la période estivale.

  • Fermer l’unité de réadaptation active en santé mentale à l'Hôpital de Malartic (12 lits).

Cette mesure sera actualisée à partir du 25 juin 2024.

Chirurgie et bloc opératoire

  • Réduire des activités au bloc opératoire de l’Hôpital d'Amos (maintien de 2/4 salles et maintien des quarts de travail de jour et de soir);
  • Réduire les activités aux blocs opératoires à Val-d'Or et à Rouyn-Noranda;
  • Les cas urgents seront réalisés ainsi que les chirurgies associées à un cancer et quelques autres cas non urgents;
  • Reporter la planification des chirurgies bariatriques.

Bloc opératoire de l’Hôpital d’Amos :

  • La mesure sera appliquée du 24 juin au 3 septembre.

Blocs opératoires des hôpitaux de Val-d'Or et de Rouyn-Noranda :

  • La mesure sera appliquée du 30 juin au 3 septembre. Les activités chirurgicales seront modulées en fonction des ressources disponibles.

Groupe de médecine familiale (GMF)

  • Assurer un minimum de 60 % des infirmières qui travaillent au sein des GMF pour assurer le soutien à la 1re ligne.

Mesure actualisée depuis le 19 mai.

Santé publique

  • Assurer un minimum de présence infirmières pour l’ensemble des services, mais avec une modulation des services selon la disponibilité incluant le maintien des services en milieu rural;
  • Offrir certains services pour la petite enfance par les unités mères enfants.

Mesures actualisées depuis le 19 mai.

Suivis infirmiers offerts aux personnes présentant des maladies chroniques

  • Moduler la façon dont les personnes pourront bénéficier d'un suivi et réponse à leurs questions;
  • Diminution de la disponibilité infirmières pour assurer le suivi auprès des personnes présentant des maladies chroniques.

Mesure actualisée depuis le 19 mai.

Unités internes hébergeant des usagers présentant une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience physique de Rouyn-Noranda, Amos et La Sarre

  • Réduire le nombre de préposés aux bénéficiaires en présence au sein des équipes;
  • D'autres titres d'emplois seront mis à contribution.

Mesure actualisée depuis le 19 mai.

Points de services CLSC en milieu rural

  • Des réductions de services seront appliquées dans chaque territoire de MRC en s’assurant de répondre aux besoins prioritaires.

Pour obtenir les précisions, veuillez consulter cette page.

Plusieurs démarches sont en cours dont une campagne de recrutement pour solliciter de nouveaux employés pouvant contribuer à l’offre de services. Des échanges sont également en cours avec les instances du ministère de la Santé et des Services sociaux afin d’identifier et de déployer des mesures structurantes qui permettront d’assurer le maintien des services de façon durable en Abitibi-Témiscamingue.

Enfin, il est à noter que le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, en collaboration avec de nombreux partenaires, met en œuvre plusieurs initiatives pour favoriser l’attraction, la formation et la rétention du personnel (recrutement en région, au Québec et à l’international, autogestion des horaires, services de garde, etc.) et qu’il importe de poursuivre ces démarches qui permettent de limiter les impacts de cette situation.

 

Communications :