Actualités : Aînés

Mots clés: Aînés , Programme

Vous avez 65 ans et plus?
Vous êtes autonome et désirez le rester?

Le programme P.I.E.D. est pour vous! Il s'agit d'une série de rencontres gratuites sur la prévention des chutes (2 rencontres par semaine pendant 12 semaines). Des exercices d'équilibre et de force vous seront proposés. Vous recevrez aussi des conseils pratiques pour réduire les risques de chute.

Date limite d’inscription : 5 septembre 2023
Début de la session : 25 septembre 2023
Lieu : 104, chemin Dr Lemay, Rouyn-Noranda

Pour inscription et information : 819 764-5131, poste 43606

Pour plus d’informations : Prévention des chutes

Mots clés: Aînés , Maltraitance

Depuis le 1er avril 2023, la Ligne Aide Abus Aînés devient la Ligne Aide Maltraitance Adultes Aînés.

En plus de desservir les personnes aînées et leurs proches, la Ligne Aide Maltraitance Adultes Aînés (LAMAA) offre désormais ses services d’écoute, d’évaluation et de référence à toute personne majeure en situation de vulnérabilité concernée par une situation de maltraitance ainsi qu’à ses proches dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Composez le 1 888 489-2287 pour parler à un intervenant.

Les services de la LAMAA seront progressivement déployés dans le reste du Québec au cours des prochains mois.

Pour en savoir plus sur ce qui caractérise une personne en situation de vulnérabilité, consultez À propos - Maltraitance envers les personnes aînées | Gouvernement du Québec (quebec.ca).

Mots clés: Aînés , Alimentation , COVID-19

Confinement, limitation des contacts sociaux, interdictions de visites : la pandémie a chamboulé le quotidien des aînés, particulièrement vulnérables à la COVID-19. Ces contraintes ont pu affecter leur moral en plus de compliquer la pratique de l’activité physique et leur approvisionnement en denrées alimentaires fraîches, autant de clés pour le maintien de l’autonomie des aînés. Afin d’outiller les aînés et de mobiliser leur entourage, la Direction de santé publique (DSPu) du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue annonce la distribution du guide « Combattons les effets de la pandémie chez les aînés » dans tous les foyers de la région par l’entremise du publisac.

L’inactivité physique constitue le quatrième facteur de mortalité selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La diminution du niveau d’activité physique peut aussi avoir des effets rapides et néfastes sur la santé physique (diminution de la force musculaire, de l’équilibre, de la mobilité), mais aussi sur la santé mentale (dépression, anxiété) et les fonctions cognitives.

« Ces conséquences peuvent notamment accroître le risque de chutes et la fatigabilité, de même que diminuer les fonctions cardiaques et respiratoires. La participation sociale et l’autonomie des personnes aînées peuvent aussi être affectées », prévient Paul Saint-Amant, responsable du dossier des saines habitudes de vie à la DSPu du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, ajoutant que la saine alimentation est aussi un moyen de prévenir la perte d’autonomie.

 

Coalition d’acteurs soucieux du bien-être des aînés

Élaboré en partenariat avec des professionnels de la santé et des services sociaux, les organismes communautaires et les associations qui interviennent auprès des aînés, l’outil vise non seulement à prévenir les risques, mais aussi à outiller les aînés et leur entourage pour prendre leur santé en main dans le contexte actuel. Santé mentale, saine alimentation et activité physique y sont abordés. Le guide repose sur des trucs et conseils simples et facilement applicables dans le contexte de limitation des contacts sociaux.

Entraînement léger sur chaise, intégration de l’activité physique dans l’acquittement des tâches ménagères, idées de repas simples et nutritifs, recours aux technologies numériques pour le maintien de liens forts avec l’entourage : voilà autant de trucs qui peuvent facilement être intégrés à la routine et contribuer à diminuer le stress.

« Plier son linge debout à la table de cuisine, passer l’aspirateur, pelleter, marcher, monter des escaliers, danser dans son salon : toutes les minutes d’activité physique comptent, énumère Paul Saint-Amant. Il faut être créatifs et surtout avoir du plaisir à bouger tous les jours! C’est la même chose pour l’alimentation : se faire plaisir contribue aussi à garder le moral. »

Le guide «Combattons les effets de la pandémie chez les aînés» est disponible sur le site Web (cliquez ici pour y accéder)

 

[Communiqué de presse]

Mots clés: Aînés , MDA-MA , Val-d'Or

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable des régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, Pierre Dufour, annonce aujourd’hui, au nom de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, qu’une maison alternative sera construite sur le territoire de Val-d’Or.

Cette maison alternative, qui mettra 48 places à la disposition de la population de la région, sera située sur un terrain adjacent à l’Hôpital de Val-d’Or, sur l’avenue des Érables. Ce site permettra d’offrir aux résidents un milieu de vie à dimension humaine, constitué de quatre unités climatisées de 12 places chacune, et comportant des chambres individuelles avec toilette et douche adaptée pour chaque résident.

Ce nouveau type d’hébergement rappellera davantage un domicile et favorisera les contacts humains ainsi qu’un mode de vie plus actif, entre autres grâce à un accès à des espaces extérieurs aménagés et à des installations intérieures mieux adaptées aux besoins des résidents et de leurs proches. Cette transformation sera aussi bénéfique pour le personnel qui travaille dans ces milieux, et contribuera d’ailleurs à l’attractivité et à la rétention de cette main-d’œuvre.

Citations :

« Notre gouvernement transforme les milieux d’hébergement pour les personnes ayant des besoins spécifiques, et cette construction d’une maison alternative à Val-d’Or démontre notre action dans ce dossier. Ce nouveau standard de qualité améliorera le quotidien des résidents, des proches ainsi que du personnel. »
Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

« Je suis très fier de pouvoir annoncer aujourd’hui, dans ma circonscription, ce beau projet pour notre collectivité. Notre gouvernement témoigne de son écoute et de sa volonté d’agir concrètement afin d’offrir aux adultes ayant des besoins spécifiques la meilleure qualité de vie possible. Il s’agit d’un véritable gain pour notre région, qui résulte d’un engagement historique de changer les choses de manière durable. »
Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable des régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec

Faits saillants :

  • Cette maison alternative s’inscrit dans le cadre d’une démarche de transformation majeure des milieux d’hébergement et de soins de longue durée qui va nécessiter un investissement de plus de 2,6 milliards de dollars de la part du gouvernement du Québec.
  • D’ici la fin de 2022, ce sont 2 600 nouvelles places qui seront construites en maisons des aînés ou en maisons alternatives.
  • Par ailleurs, 2 500 places en CHSLD feront quant à elles l’objet de rénovations ou de reconstructions au cours des prochaines années.
  • Toutes les places prévues ont été déterminées selon une démarche rigoureuse, pour chacune des régions de Québec, par un croisement des plus récentes données de la liste d’attente en hébergement avec les projections du nombre de places supplémentaires qui seront requises dans les prochaines années en raison du vieillissement de la population.

 

[Lien vers le communiqué]